Sélectionner une page

Cet article de votre sorcière bien-aimée du calendrier-lunaire.info est dédié aux travaux de Wilhelm Reich.

Il intéressera celles et ceux qui recherchent une compréhension plus scientifique de l’énergie d’ orgone cosmique, de ses propriétés, et de ses implications dans ses utilisations thérapeutiques diverses mises au point par Wilhelm Reich…

Dans les années 40 Wilhelm Reich, à la recherche des secrets de la vie, découvrit une énergie qu’il appela : l’ orgone cosmique, énergie universelle de vie. Cette découverte eut lieu dans l’intervalle des années 1936 à 1939 en Norvège; cette découverte initiale fut complétée en 1940 aux USA, ce fut alors le résultat de recherches complexes dans les domaines de la nature en général et des fonctions bio-énergétiques de l’homme en particulier, sur une période d’environ 20 ans.
Depuis 1940, une organisation scientifique, comprenant des médecins, des psychiatres, des biologistes, des éducateurs et des travailleurs sociaux ainsi que des institutions de divers pays, s’est lentement développée autour de la découverte de l’énergie de  » orgone  » cosmique.

Voici un article intéressant pour ceux qui veulent mieux comprendre ce qu’est l’énergie  » orgone « , comment elle fonctionne dans un langage plus scientifique…
Voici une synthèse de la découverte de l’énergie  » orgone  » par Wilhelm Reich.
Elle décrit ses propriétés, elle a le mérite d’être tangible et intéressante.

Wilhelm Reich et l’ orgone : Propriétés de l’énergie d’orgone

calendrier lunaire wilhelm reich orgone

L’énergie  » orgone « , la force créatrice dans la nature, n’est pas une forme d’électromagnétisme, ni de matière , mais les deux à la fois.
C’est l’énergie spécifique de la vie.
Mais la vie est seulement une manifestation particulière de cette énergie; notre connaissance de la vie est partielle et fragmentaire en majeure partie, et évidemment toutes les tentatives de la mesurer jusqu’ici ont été erronées ou incomplètes; néanmoins une claire et consistante vision de ce qu’est l’énergie  » orgone  » pourrait être énoncée en ces quelques lignes:

L’énergie  » orgone  » est sans masse, elle n’a pas de poids, ni d’inertie, elle est cosmique et primordiale par nature, c’est une des raisons pour laquelle il est difficile de la mesurer avec les techniques conventionnelles.
La notion de masse, pourtant, est intimement dépendante de la caractéristique sans masse du champ de l’énergie d’ orgone avec lequel, toute la matière environnante est imprégnée, toutes les mesures de poids et d’inertie faites, reflètent les caractéristiques de ce champ aussi bien que les objets contenus en lui.

D’ailleurs, tout cela n’est pas sans rappeler les travaux du génie Nikola Tesla sur l’Ether !
Il parait de plus en plus évident que nous parlons ici bel est bien de la même  » énergie du vide  » et du potentiel du point zéro.

Cette énergie est présente partout, elle emplie l’espace, tous les espaces.
Elle est présente à différents degrés ou concentrations (ou charges) mais elle est dans l’atmosphère, dans l’espace intersidéral.
Elle est le médium entre les phénomènes électromagnétiques et gravitationnels.

Encore une fois, comme l’éther, l’énergie d’orgone est le substratum des phénomènes les plus fondamentaux.
C’est le médium dans lequel la lumière se déplace.
C’est ainsi que les champs électromagnétiques et gravitationnels exercent leurs forces.

Une des tâches majeures de l’orgonomie est d’intégrer notre connaissance de celle-ci avec les faits de la physique orthodoxe.

Elle est en constant mouvement… elle respire !
Ce mouvement continuel, peut être observé dans des conditions appropriées.
Il y a au moins deux caractéristiques de déplacement de cette énergie; l’une qui est pulsatoire ou alternativement expansif et contracté, et l’autre comme un flot qui se courbe.

L’ orgone contredit les lois de l’entropie.

(En 1865, Rudolf Clausius a montré que le rapport Q / T (où Q est la quantité de chaleur échangée par un système à la température T) correspond, en thermodynamique classique, à la variation d’une fonction d’état qu’il a appelée entropie, S et dont l’unité est le joule par kelvin (J/K).

L’énergie d’orgone est attirée là où il y a d’autres concentrations d’énergie d’orgone, contrairement à la chaleur ou à l’électricité qui montre toujours une direction du plus haut au plus petit potentiel, l’énergie d’ orgone se déplace du plus petit au plus haut potentiel.

Exemple : dans un système thermique dans lequel aucune énergie n’est additionnée ou supprimée, la chaleur finira par se dissiper par la différence de température environnant le corps thermique et retournera à la même température (ambiante) de là où il se trouve.
L’entropie augmente quand la chaleur est distribuée de plus en plus uniformément, la chaleur après tout, quitte le soleil et traverse l’espace intersidéral; le soleil ne récupère pas l’énergie de l’espace pour la redistribuer ensuite.
De la même façon, un chauffage irradie de la chaleur dans une pièce, la chaleur ne va pas de la pièce dans le chauffage !
Ces procédés sont en accord avec la loi de l’entropie.
Le processus orgonotique travaille dans la direction opposée, les grandes concentrations d’énergie d’orgone attirent les autres régions ou elles sont le moins concentrées.
Ce qui veut dire que l’entropie diminue lorsque l’orgone est distribuée de moins en moins uniformément.

C’est peut-être une erreur de croire que le flot d’énergie d’orgone de son plus bas à son plus haut potentiel est seulement l’inverse de la loi d’entropie, ou bien d’essayer de représenter ces procédés par des équations termo-dynamiques en inversant les signes des paramètres du temps.

Les processus orgonotiques non entropiques ne suivent pas des voies mécaniques, ils sont qualitativement différents des processus entropiques.
Ils sont, en fait, responsables de la croissance des choses vivantes, des processus d’apprentissages, et de l’évolution des espèces des plus simples aux plus complexes, ainsi que dans les choses non vivantes de la nature, comme la croissance des nuages ou les cyclones atmosphériques et, dans une échelle cosmique, le développement des galaxies et des étoiles.

L’énergie  » orgone  » forme des unités qui sont le berceau de l’activité créatrice, elle peuvent être vivantes (cellules, plantes, animaux…) ou non vivantes (nuages, tempêtes, planètes, étoiles…).

Toutes ces unités d’énergie  » orgone  » ont un dénominateur commun, elles sont toutes non entropies dans le sens discuté avant, elles acquièrent l’énergie de leur environnement, elles ont toutes un cycle de vie traversant la naissance, la croissance, la maturité, le déclin.
La matière est créée par l’énergie d’ orgone.
Dans des conditions appropriées, la matière se manifeste par l’énergie d’orgone sans masse.
Ces conditions ne sont pas rares, ni aléatoires; et Wilhelm Reich voyait que, constamment de la nouvelle matière était créée sur cette planète.

Etant finalement responsable de la vie, beaucoup plus peut être dit sur l’énergie d’orgone et la vie, puisque ce sujet a été étudié plus abondamment depuis. Mais ces quelques propriétés exposées ici, sont déjà suffisantes pour éclairer notre compréhension, sachant que Wilhelm Reich a élaboré encore plus le rôle de l’énergie d’orgone dans le phénomène de la vie.

Votre sorcière bien-aimée du calendrier-lunaire vous prépare d’autres articles sur wilhelm reich et sa fascinante orgone aux pouvoirs renversants…

Et que pensez-vous de çà ! :

error: Alert: Contenu protégé !!