Sélectionner une page

L’ oignon (Allium’cepa – famille : liliacées) est une plante annuelle ou bisannuelle selon le mode de culture.

Période entre la plantation et la récolte :

  • 14 à 23 semaines après les premiers semis pour les bulbes ;
  • 6 à 9 semaines pour les oignons nouveaux ;
  • 12 semaines pour les petits oignons à confire.

Taille : un bulbe moyen mesure entre 5 et 10 cm de diamètre, mais certains peuvent avoir un diamètre nettement supérieur et le plant atteint 50 cm de hauteur.
Les oignons nouveaux mesurent 1 cm au plus de diamètre et le plant 15 à 20 cm de hauteur.

Récolte :

  • 20 oignons bulbes de 125 g par rang de 3 m ;
  • 60 oignons nouveaux par rang de 90 cm.

 

IDÉES RECETTES : la tarte aux oignons et aux champignons façon véganne  : un vrai délice ! ou la soupe à l’oignon pour les soirées d’hiver ou fin de fêtes bien arrosées !

 

Tout jardinier se doit de cultiver ses propres oignons simplement parce que c’est l’un des légumes les plus couram­ment utilisés dans la cuisine et qui en outre se conserve très bien. L’ oignon a aussi l’avantage de pouvoir pousser au même endroit pendant plusieurs années de suite, ou bien en alternance avec le chou, le pois, le haricot ou la pomme de terre.

L’ oignon préfère les endroits bien dégagés et ensoleillés. Cependant, la sécheresse peut lui être fatale si elle sévit pendant la formation du bulbe. Il faut alors arroser régulièrement. Par contre, si les bulbes sont arrivés à matu­rité et s’ils sont vraiment secs, un arro­sage brutal peut les faire éclater. Pour éviter tout cela, arrachez les oignons dès que les feuilles se couchent sur le sol.

calendrier lunaire oignon

Principales variétés d’ oignon à gros bulbe

La plante originelle a donné plusieurs variétés dont les plus intéressantes sont :

• les variétés à semer au printemps et à récolter à l’automne ;
• ainsi que les variétés cultivées au printemps à partir de bulbilles ;
• et les variétés à semer à l’automne et à récolter à l’automne suivant.

La préparation du sol

L’ oignon préfère une terre légère et faiblement acide, d’un pH de 6. Mesurez le pH du sol et modifiez-le au besoin par un apport de chaux (voir notre article sur l’amélioration des sols : toutes les solutions).

Pour une récolte optimale, améliorez la terre avec des matières organiques, tel­les que le fumier de ferme ou le compost de jardin bien décomposés, plusieurs mois avant les semis (en automne par exemple pour des semis de printemps). Comptez en moyenne 2 à 3 kg par m2. Vous pouvez aussi ajouter de la corne broyée au moment du labour à raison de 50 g par m2.

D’une manière générale, les oignons doivent être semés dans une terre fine­ment travaillée, ferme et compacte. Vous obtiendrez cette qualité de terre en la râtissant puis en la tassant au pied.

Reproduction par semis et bulbilles

Les semis de printemps

Choisissez la date optimale des semis grâce à notre calendrier lunaire mensuel. Semez en pleine terre dès que le sol le permet, c’est-à-dire lorsque la terre n’est plus détrempée mais simplement humide et qu’elle ne colle plus aux bot­tes. Semez assez dru (10 à 20 graines tous les 30cm) dans des sillons de 1,5 cm de profondeur, espacés de 30 à 45 cm. Après la période de germination (entre 14 et 21 jours), éclaircissez les plantules tous les 5 cm d’abord, puis tous les 10 cm. Celles-ci peuvent rempla­cer les oignons nouveaux dans les salades.

En utilisant une cloche, vous pouvez avancer les semis de 6 semaines. Vous obtiendrez des bulbes plus gros car ils auront eu une période de croissance plus longue. Ne retirez la cloche que lorsqu’il n’y a plus de risque de gelée.

Vous pouvez également gagner du temps en semant sous châssis non chauffé dès la fin de l’hiver. Pour cela, procédez de la même façon que pour les semis sous cloche en endurcissant les plants, c’est-à-dire en les exposant pro­gressivement au froid et à l’air libre avant de les mettre en terre au milieu du printemps.

Ces semis sous cloche et sous châssis ont d’autres avantages par rapport aux semis en pleine terre : ils permettent aux bulbes de se développer rapidement pen­dant que la terre est encore humide et évitent ainsi les dégâts causés par la sécheresse et la mouche de l’ oignon, plus active à la fin du printemps et en été.

Les cultures à partir de bulbilles

Les bulbilles sont des petits oignons, mesurant de 1 à 2 cm, dont la croissance a été stoppée pendant l’automne. Celles qui ont plus de 2 cm sont connues sous le nom d’ oignon grelot.

Autrefois, les bulbilles avaient ten­dance à monter en graine. Grâce aux trai­tements et aux méthodes de conservation actuels, elles sont souvent plus faci­les à cultiver, en particulier dans les régions où les étés sont frais et humides. La seule précaution à prendre est de les choisir de bonne qualité.

Plantez les bulbilles tous les 15 cm, sur des rangs distants de 30 cm, le collet juste au-dessus du niveau du sol. Comme les oignons semés sous cloche ou sous châssis, elles vont se développer dans un sol encore humide, avant l’entrée en acti­vité des mouches de l oignon.

QUEL TEMPS FERA-T-IL ? Pour le savoir, prenez, la nuit de Noël, à minuit, un oignon, et coupez-le en douze tranches qui symboliseront les douze mois de l’année. Laissez ensuite, pendant une heure, des grains de sel sur chacune d’elles. Le sel qui reste intact annonce un mois ensoleillé, le sel humide ou fondu, un mois froid et pluvieux.

Les semis d’automne

Ils donnent les mêmes résultats que les semis de printemps sous cloche ou les cultures à partir de bulbilles, mais avec un mois d’avance environ. Ces planta­tions ne réussiront que si votre jardin est bien exposé et que si elles se trouvent dans un endroit abrité.

Semez dès le début de l’automne afin que les plants atteignent une taille rai­sonnable (15 cm environ) avant les pre­mières gelées. Procédez de la même façon que pour la culture de printemps, mais en espaçant un peu moins les grai­nes en prévision des pertes. Les oignons sont robustes certes, mais ils craignent néanmoins les grands froids.

Entretien de la plantation d’ oignon

Les oignons sont facilement envahis par les mauvaises herbes. Binez réguliè­rement la terre, mais en surface seule­ment de façon à ne pas déraciner, ni meurtrir les bulbes. Désherbez à la main pour ne pas abîmer les racines. Vous pou­vez aussi ajouter une couche de tourbe de carex à condition toutefois qu’elle ne recouvre pas le haut des bulbes.

Si vous avez planté des bulbilles, assurez-vous une ou deux semaines plus tard qu’elles ne sont pas déracinées (par la poussée de leurs racines) ou arrachées par les oiseaux. Dans ce cas, remettez-les en place en tassant la terre tout autour.

Lorsque les bulbes arrivent à maturité, c’est-à-dire lorsque les feuilles commen­cent à jaunir et à se coucher sur le sol, il n’est plus nécessaire de les arroser. Si le temps est sec, les feuilles se couchent naturellement, mais si la saison est humide, couchez-les vous-même de façon à mettre les collets à nu et à accélé­rer le séchage.

La récolte de l’ oignon

Choisissez la date optimale des récoltes grâce à notre calendrier lunaire mensuel. La récolte a lieu en été ou en automne selon la date des semis. D’une façon générale, les gros oignons se conservent moins bien que les petits. Utilisez donc les bulbes les plus gros en priorité.

Choisissez de préférence un jour de temps sec. Soulevez d’abord légèrement les bulbes à l’aide d’une fourche ou bien arrachez-les à la main, puis étalez-les sur le sol ou sur des sacs de toile. Retournez- les ensuite régulièrement afin qu’ils sèchent de façon uniforme.

Si la saison est humide, les oignons mettront plus de temps à sécher ; disposez-les sur des claies ou sur un grillage à quelques centimètres au-dessus du sol pour laisser l’air circuler. Et si le temps humide persiste, mettez-les dans un endroit abrité.
Vous pourrez rentrer définitivement vos oignons lorsque les fanes devien­dront cassantes. Coupez-les et mettez- les sur le tas de compost si elles sont sai­nes, sinon brûlez-les.

La conservation de l’ oignon

Pour bien se conserver, les oignons doi­vent être très secs et parfaitement sains. Éliminez les autres. Rangez-les sur des claies ou bien suspendez-les dans des filets ou en guirlandes dans un endroit sec et ventilé, à l’abri du gel. Pour faire une guirlande, liez les oignons un par un à une corde suspendue au plafond. Disposez-les de manière à former une spirale. Vous pouvez aussi ranger les oignons sur de simples étagères en bois, encore que, dans ce cas, l’air ne pourrait circuler sous les bulbes.

Les oignons se conserveront ainsi pendant tout l’automne et l’hiver qui suivent la récolte. Vérifiez néanmoins de temps à autre qu’ils ne s’abîment pas ; ne les conservez pas trop longtemps car ils risquent de germer.

Les oignons nouveaux et les oignons à confire

L’ oignon nouveau ou ciboule, utilisé comme condiment dans les salades, se sème au printemps, en été ou en automne pour être récolté vert, de juillet à novembre.

Le petit oignon à confire se sème uni­quement au printemps et se récolte en été.

Si l’ oignon nouveau se sème dans le même sol et les mêmes conditions que la variété semée au printemps, l’ oignon à confire préfère une terre fine et légère. Pour l’un comme pour l’autre, creusez des sillons un peu plus larges que pour les variétés de gros calibre et semez les graines très dru. La récolte aura lieu 12 semaines plus tard environ.

 

LA DESHYDRATATION OU DESSICCATION DE L’ OIGNON : Au bout d’un certain temps, les oignons stockés ont tendance à germer et à se ramollir. Ils deviennent alors inutilisables. Pour les conserver indéfiniment, vous devez procéder à leur dessiccation ; c’est une opération par laquelle on les prive de l’humidité qu’ils renferment. Choisissez des oignons bien fermes ; épluchez-les et découpez-les en petits dés de 1cm que vous étalez en une couche régulière de 3 à 4 cm d’épaisseur sur une plaque métallique allant au four. Enfournez-les à une température de 50 à 60°. Retournez souvent les petits cubes de façon qu’ils se dessèchent régulièrement et complètement. Dès qu’ils commencent à brunir, retirez-les. Attendez qu’ils refroi­dissent, puis mettez-les dans des boîtes de fer-blanc que vous placerez dans un endroit sec. Vous aurez ainsi, en permanence, à votre disposition, des oignons dont le goût et la saveur auront été préservés.

 

SAVIEZ-VOUS QUE… … L’ oignon est un aliment excellent à la santé. Il est riche en sels minéraux et en vitamines, et renferme aussi des glucides, de l’azote et de la graisse. Ne craignez donc pas d’en user largement, à tous les âges, et surtout pendant les périodes de grande fatigue physique ou de surmenage. … L’ oignon a des vertus désinfectantes et cicatrisantes. Il aseptise les plaies telles que coupures, brûlures et écorchures et guérit les ampoules. Pour cela, posez sur la blessure une pellicule d oignon, autrement dit le fin tissu qui sépare chaque couche, et recouvrez-la d’un pansement. Si vous avez l’habitude de faire toutes sortes de travaux manuels ou si vous aimez les activités sportives, ayez toujours un oignon à portée de main. … Il est dangereux pour la santé de con­sommer un oignon qui a été coupé et qui est resté plusieurs jours à l’air. Si vous n’en utilisez qu’une partie, jetez le reste car il deviendra très vite nocif.

 

La culture en serre de l’ oignon

Les semis se font au milieu de l’hiver dans une serre tempérée de 10 à 14°, afin que les bulbes arrivent à maturité complète au début de l’automne.

Remplissez d’abord des caissettes de 7cm de haut avec un compost léger auquel vous aurez ajouté un peu de sable jusqu’à 2,5 cm du bord, puis répandez-y les graines tous les 2,5 cm et recouvrez celles-ci d’une couche de compost de 0,5 cm maximum. Couvrez ensuite la caissette d’une plaque de verre et d’une feuille de journal pendant tout le temps de la germination.

Dès que les plantules apparaissent, enlevez la feuille de journal et soulevez la plaque de verre ; retirez celle-ci au bout de quelques jours, et placez les caissettes à la lumière.

Arrosez le compost, de façon à ce qu’il reste toujours humide.

Lorsque les plantules ont quatre feuil­les, transplantez-les dans des caissettes de 9 cm de haut que vous placerez sous un châssis non chauffé dès le début du printemps. Si cela est nécessaire, soute­nez les plantules avec des tuteurs.

Une fois que les plants sont endurcis entre le milieu et la fin du printemps, mettez-les en terre tous les 30 cm sur des rangs espacés de 30 cm. Ne prenez que ceux qui ont des feuilles vertes vigoureuses et des racines blanches intactes.

Vous entretiendrez ensuite vos planta­tions en y ajoutant un peu de potasse vers le milieu de l’été.

Quelques jours avant la récolte, déga­gez le haut des bulbes et retirez les enve­loppes extérieures. Ils prendront alors de jolies couleurs au soleil. Soulevez-les ensuite légèrement à l’aide d’une four­che pour dégager les racines et laissez-les sécher quelques jours avant de les arra­cher (les collets doivent être encore mous).

Rangez votre récolte dans un coin légè­rement ombragé de la serre ou dans un endroit protégé du soleil où ils pourront sécher complètement.

 

LES VARIÉTÉS D’ OIGNONS

Voici une liste des variétés d’ oignons les plus courantes. Votre maraîcher vous aidera à choisir celles qui correspondent le mieux au climat et au sol de votre région. Il est important de lui préciser si vous préférez les oignons doux ou les oignons au parfum prononcé et combien de temps vous comptez les conserver.

 

Les variétés d’ oignons pour semis printanier

— Très hâtif de la Reine : le plus gros des bulbes blancs printaniers, au feuil­lage ample et au bulbe peu rustique.
— Extra hâtif de Malakoff : bulbe blanc très précoce à feuillage court ; résistant au froid, il peut se semer à l’automne et réussit en toutes régions.
— Extra hâtif de Barletta : bulbe blanc très précoce, sensible au froid ; feuillage court. Il peut se semer à l’automne dans les régions à hiver doux.
— Premier : variété récente à bulbe blanc créée par Vilmorin. Sensible au froid, c’est le plus précoce des oignons blancs de printemps.
— Paille des vertus : variété très répan­due et très appréciée, à gros bulbe jaune plat, atteignant jusqu’à 10 cm de diamè­tre. Excellente conservation durant l’hiver.
— Géant de Zittau : les bulbes sont de grosseur moyenne, de couleur brune et se conservent longtemps.
— Rijnsburger : variété groupant plu­sieurs types d’oignons. Les bulbes sont gros et se conservent longtemps. Leur chair est épaisse.
— Hygro HF1 : variété nouvelle donnant des bulbes de taille uniforme à la peau jaune pâle et à la chair blanche.
— Blanc dEspagne : variété aux larges bulbes aplatis qui se conservent très longtemps.
— Blanc de Lisbonne : variété très com­mune d’oignons de printemps, crois­sance rapide.
— Hyduro Fl : oignon jaune à semer de fin février à fin mars pour une récolte en juillet-août.

Les variétés d’ oignon pour semis d’automne

— Rouge pâle de Niort : assez gros bulbe aplati à peau rouge pâle. Dans l’Ouest où il est très cultivé, il est semé début sep­tembre ; ainsi sa production printanière fait suite à celle des oignons blancs. Il se conserve moyennement bien.
— Hâtif de Paris ; bulbe assez gros ; moins précoce que le Vaugirard, il se récolte en mai et se conserve longtemps.
— Solidity : très gros bulbes aplatis, se conservant longtemps et résistant aux intempéries.
— Printanier parisien : variété à bulbe blanc créée par Vilmorin. C’est une variété assez tardive, mais volumineuse, très résistante au froid. Pour semis de fin d’été.
— De Vaugirard : belle variété à bulbe blanc, très rustique et résistant bien au froid, assez précoce.
— Rouge d’Italie : variété de taille moyenne et de forme aplatie, à la chair rouge.

Bulbilles

— De Mulhouse : variété de petits oignons à replanter à la fin de l’hiver ou au début du printemps. Ils peuvent également se semer au printemps et se récolter à l’automne. Les oignons sont très gros mais se conser­vent moyennement bien.
— Géant de Stuttgart : variété qui con­vient à toutes les régions, particulière­ment là où d’autres oignons ont du mal à pousser. Résistant aux intempéries, et se conservant longtemps.

 

A confire

Ce sont de petits oignons semblables aux bulbilles De Mulhouse, obtenus avec des variétés printanières semées très drues, particulièrement la Paille des Ver­tus et le Premier.
— Blanc de Paris : variété de petits oignons de couleur argentée. Leur crois­sance est rapide et leur maturité précoce. La récolte se fait d’avril à juin.

 

Prédateurs et maladies

  • La mouche de l oignon est le plus grand ennemi de l’ oignon. Il s’agit, comme son nom l’indique, d’une petite mouche grise qui dépose ses œufs dans le sol à proximité du plant, sur les feuilles ou sur le collet du bulbe, à la fin du prin­temps ou au début de l’été pour donner naissance à de petites larves qui pénè­trent dans le tissu du bulbe.
    Le traitement préventif consiste à semer des granulés antimouches des légumes sur les lignes de semis à partir du 15 mai.
    Les plantes plus avancées peuvent aussi être attaquées, mais elles sont moins vulnérables que les jeunes plants.
    Dès que vous voyez des plants avec des feuilles jaunes et flétries, arrachez-les et brûlez-les en veillant à ne laisser aucune larve dans le sol. Arrêtez également d’éclaircir les rangs et brûlez toutes les plantules que vous avez retirées.
    Cette mouche de l’ oignon est attirée par les terres qui viennent d’être fumées. Il est donc recommandé d’enri­chir la terre plusieurs semaines avant de faire les semis. Un autre moyen d’éviter ces désagréments est de semer très tôt au printemps, ou même à l’automne, afin de pouvoir éclaircir avant l’entrée en activité de la larve.
  • Le nématode est un ver microscopi­que invisible à l’œil nu qui provoque des déformations sur les feuilles et des bour­souflures sur les bulbes.
    Il n’existe aucun traitement préventif actif contre ce parasite qui est dû géné­ralement à une mauvaise hygiène du jardin ou à une mauvaise rotation des cultu­res. (Le mouron des oiseaux peut égale­ment être attaqué par le nématode, d’où l’importance de bien désherber vos plantations).
    Brûlez les plantes atteintes dès les pre­miers symptômes et ne semez plus à cet endroit-là. Si les dégâts sont importants, il faudra même envisager d’arrêter la cul­ture pendant au moins deux ans.
    Notez que les semis d’automne sont moins vulnérables.
  • La pourriture blanche est un champignon qui forme un dépot gris ou blanc à la base du bulbe des oignons nouveaux en provoquant le jaunissement des feuilles. Elle n’apparaitra que si l’été est chaud et sec.
    Surtout ne semez plus d’oignon, pendant 3 à 4 ans, là où la maladie s’est déclarée.
    Sachez toutefois que vos plantations seront moins vulnérables si le sol a été fumé organiquement et que certaines variétés, telles que le Blanc de Lisbonne, sont plus fragiles que d’autres.
  • Le mildiou est un champignon qui se développe par temps frais et humide en provoquant le dessèchement et le flétris­ sement des feuilles. En cas d’alerte, brû­lez les plantes atteintes et stoppez la cul­ture à cet emplacement pendant un an, car les spores du parasite peuvent rester dans le sol.
    Il est à noter cependant que certaines variétés résistent mieux au mildiou que d’autres.
  • La pourriture du collet. Ce champignon ne se manifeste que lorsque l’ oignon est rentré à l’abri ; il est alors trop tard pour entreprendre un traitement quelconque.
    Contre cette maladie, pulvérisez un fongicide à base de purin de prêle (Voir notre article : Réussir son purin de prele bio comme un pro ) sur les grai­nes et les bulbes avant les plantations. Faites également bien sécher les oignons avant de les ranger dans un endroit frais et ventilé. Ne rentrez jamais d’oignon dont le collet est vert ou le bulbe meurtri.
  • La pourriture du bulbe est un champi­gnon qui rend le bulbe translucide et qui est dû également à de mauvaises condi­tions de stockages.
  • Les taches noires de l’enveloppe exté­rieure sont dues elles aussi à un champi­gnon, mais elles sont bénignes et ne nécessitent pas de traitement particu­lier. Elles témoignent néanmoins d’un mauvais stockage.
  • Le charbon est une maladie cryptogamique due à un champignon qui s’atta­que uniquement aux jeunes plantes et qui peut même les détruire. Elle se mani­feste par des taches de poussière noire sur les feuilles et les bulbes.
    Dès les premiers symptômes, brûlez les plantes malades et prenez garde d’éparpiller la terre contaminée. Il n’existe pas de traitement spécifique contre cette maladie.
  • La moisissure grise s’attaque unique­ment aux semis d’automne. Des taches blanches apparaissent alors sur les feuil­les qui finissent par se dessécher. Une pulvérisation de fongicide à base de soufre pourra prévenir ce champignon.
  • La «jaunisse» de l’ oignon provoque des stries jaunes sur les feuilles en arrê­tant leur croissance. Cette maladie est transmise par le puceron et peut être enrayée par des pulvérisations d’insecti­cide à base de pyrèthre ou de roténone.

 

SYMPTOMESPARASITES
Jaunissement des feuilles qui retombentMouche de l'oignon + Pourriture blanche
Flétrissement des feuillesMildiou
Déformation des feuilles et boursouflure des bulbesNématode
Taches de poussière noire sur les feuilles ou les bulbesCharbon
Dépôt blanc sur les bulbesPourriture blanche
Pourrissement des bulbes en période de stockagePourriture du bulbe et du collet

Et que pensez-vous de çà ! :

error: Alert: Contenu protégé !!