Sélectionner une page

Le bêchage est une opération qui peut paraître longue et fastidieuse quand on n’y est pas entraîné. Heureusement, il ne se fait qu’une fois par an, pour préparer la terre de votre potager à recevoir de nouvelles cultures. Á l’intention des jardiniers qui ne considèrent pas cette tâche comme essentielle, nous allons proposer des solutions de remplacement. Mais, tout d’abord, voyons à quoi sert le bêchage.

LES RAISONS DU BÊCHAGE DE VOTRE JARDIN POTAGER

Une des principales raisons d’être du bêchage est qu’il fait pénétrer les matières organiques (fumier de ferme ; compost de jardin ; tourbe ou terreau de feuilles par exemple) dans la terre en profondeur. Le rôle principal de ces dernières est  de fournir l’humus, une matière brune et spongieuse qui contribue à retenir l’humidité dans les sols légers (sableux), pendant les périodes sèches, et qui, au contraire, aère les sols lourds ou argileux, favorisant ainsi un meilleur drainage de l’excès d’humidité. L’humus contribue également au développement d’importantes quantités de bactéries (environ 20 millions par g de terre prise en surface). Ces micro-organismes, qui vivent dans le sol, fragmentent les substances complexes contenues dans les matières organiques pour en faire de simples éléments nutritifs, que les racines absorberont.

Les matières organiques aèrent les terres lourdes, ce qui permet aux racines de pénétrer plus facilement dans le sol lorsqu’elles recherchent leur nourriture et leur humidité. Plus les racines de vos légumes et de vos arbres fruitiers pénètrent en profondeur, mieux ces derniers pousseront et plus votre production sera abondante. De plus, en fractionnant la terre, les matières organiques facilitent l’infiltration de l’air qui est vital pour le développement des plantes et des bactéries.

Le bêchage a également pour but de morceler et de détruire les blocs de terre tassée et dure, situés en profondeur, qui se forment généralement après plusieurs années successives de culture au même emplacement (en grande culture, on appelle ce phénomène  » semelle de labour « ). Il retourne aussi les blocs ferrugineux qui se trouvent souvent dans les couches inférieures des sols acides et sableux (celui des Landes, par exemple). Dans les deux cas, ces blocs sont un véritable fléau, car, à cause d’eux, la terre reste généralement imbibée d’eau et la pénétration des racines y est rendue difficile. Il faut donc les briser et les effriter. Le seul moyen pour le jardinier amateur est de bêcher en profondeur à la bêche et à la main. L’ironie du sort veut que l’usage répété d’un motoculteur, qui sert à retourner la terre mécaniquement, entraine, contrairement au but recherché, la formation d’une couche dure ; il en est de même pour le labour à la bêche, mais au bout d’un certain nombre d’années.

calendrier lunaire bêchage potager

Le bêchage est le meilleur moyen, enfin, pour enfouir les mauvaises herbes annuelles et autres déchets de surface. N’enterrez cependant jamais les mauvaises herbes vivaces (chiendent, liseron, pissenlit et prêle, par exemple), car tôt ou tard, elles repousseraient dans votre jardin potager .

Une terre lourde doit être bêchée en automne avant qu’il ne gèle. Le gel, en la morcellent, augmente les effets bénéfiques du bêchage. Au début du printemps, le vent continuera aussi à l’ameublir et à l’assécher, ce qui  permettra de semer et de planter dans de bonnes conditions. Si vous désirez comprendre le gel et comment prémunir votre jardin potager bio et ainsi préserver vos cultures durant l’hiver, alors consultez cet article  » se prémunir contre le gel « .

LES SOLUTIONS DE REMPLACEMENT DU BÊCHAGE AU JARDIN POTAGER

Pour certaines personnes, le bêchage est un travail pénible, voire impossible ; elles seront donc soulagées de savoir qu’il existe des solutions de remplacement demandant moins d’effort.

L’une d’elles consiste à maintenir en permanence à la surface du sol une couverture de matières organiques que vous remplacerez à intervalles réguliers. C’est par ailleurs la fondation d’un système de culture utilisé depuis très longtemps et qui maintenant est appelé permaculture . Pour cela, utilisez du compost de jardin bien décomposé et poudreux, de la tourbe bien émiettée, de la sciure de bois humidifiée ou des résidus de pelouse tondue. Cette couche, épaisse de 2,5 à 5 cm, devra être étalée sur toute la surface de plantation de votre potager en automne, après désherbage et chaulage si nécessaire (voir notre article sur l’amélioration des sols). Au printemps, avant de cultiver, il vous suffira de travailler la couche superficielle du sol à la fourche, sur une profondeur d’environ 5 cm. Les graines seront ensuite semées dans les sillons et recouvertes de matières organiques selon une profondeur adaptée à chaque légume. Si vous utilisez de jeunes plants, oignons à repiquer, poireaux, choux, etc… plantez -les selon la méthode habituelle.

La couche superficielle de matières organiques sert à retenir l’humidité et à étouffer les mauvaises herbes, tandis que les vers de terre en en avalant de grandes quantités qu’ils libèrent dans les couches les plus profondes font, en fait, le bêchage à votre place.

Cette couche superficielle permet aussi aux racines de vos cultures de pousser dans les premiers centimètres de terre sans aucun problème. Plus bas, la terre non bêchée, donc ferme contient les innombrables et minuscules galeries creusées par les verts, les racines y pénètrent donc facilement. Notons que ces galeries favorisent également le drainage et l’aération du sol, tous deux éléments indispensables à la bonne croissance des plantes. Le bêchage, lui, tend à détruire ces canaux.

La couche de matières organiques ne profite pas seulement aux racines profondes, qui absorbent beaucoup d’eau, mais aussi aux racines fibreuses qui se développent superficiellement (c’est le cas pour de nombreux légumes tels que laitues, oignons et haricots) et auxquelles elle fournit les éléments nutritifs essentiels. Les matières organiques, qui restent en surface, conservent à tout moment leur caractère spongieux, ce qui leur permet, à la fois, de mieux absorber l’au, et de mieux drainer et aérer le sol de votre potager . De plus, elles créent probablement les conditions propices au développement des moisissures qui protègent les plantes contre les attaques de certains parasites et de certaines maladies.

calendrier lunaire permaculture potager

La technique que nous venons de décrire présente un avantage certain par rapport au bêchage ; vous l’apprécierez au fur et à mesure des années. Petit à petit, en effet, elle réduit la présence des mauvaises herbes qui constituent l’un des soucis majeurs des jardiniers. Commencez donc par vérifier que les matières organiques étendues à la surface ne renferment pas de mauvaises herbes ; dans un compost de jardin bien fait, les racines et les graines ont, normalement, toutes été détruites par la chaleur dégagée par la fermentation de l’humus.

Si vous avez dans votre jardin potager des herbes sauvages vivaces, arrachez-les à la houe et brûlez-les en automne avant d’étendre la couche de matières organiques. Toutes les herbes sauvages qui apparaissent au printemps et en été sont annuelles ; désherbez en sarclant. Renouvelez soigneusement et régulièrement cette opération.

Il semble que le bêchage réussisse mieux à certaines cultures qu’à d’autres ; les pois, les haricots et les plantes racines, par exemple, ont un meilleur rendement dans les sols régulièrement bêchés. Si vous pratiquez la technique des couches de matières organiques ( permaculture ), il est bon, tous les 3 ou 4 ans environ, de retourner votre terre à la bêche jusqu’à une profondeur égale à la hauteur du fer. Si votre terrain est argileux, il est probablement plus sage de bêcher.

La grande supériorité de la couche organique au potager consiste en deux points :

  • d’une part, elle respecte la vie des micro-organismes bénéfiques aux cultures,
  • d’autre part, elle permet de planter ou de semer à tous moments alors que le bêchage demande un délai minimum de six semaines pour permette à la terre de se reposer.

Le débat sur la nécessité du bêchage à déjà fait couler beaucoup d’encre… A vous de choisir, la formule qui vous convent le mieux ! Mais que ce soit le bêchage ou la couche de matières organiques, vous obtiendrez de bons résultats.

Si vous désirez suivre la vie de votre jardin potager en fonction du cycle lunaire : consultez notre calendrier lunaire mensuel et n’hésitez pas à vous abonner au calendrier lunaire jardiner avec la lune par emails afin de recevoir toutes les informations utiles pour votre jardin potager et votre verger en temps utiles.

Toute l’équipe du calendrier lunaire vous remercie d’avoir consulté cet article sur les raisons du bêchage de votre potager et les solutions de remplacement.

S’il vous a plut, n’hésitez pas à liker et à partager entre amis…

Amicalement… Plaisir au jardin…

Et que pensez-vous de çà ! :

error: Alert: Contenu protégé !!