Sélectionner une page

La récolte des scaroles et frisées s’échelonne pendant les six derniers mois de l’année. Elle vous assure un légume frais au moment où ceux-ci deviennent plus rares. C’est une très bonne raison pour en semer au jardin ou sur le balcon !

Peut-être avez-vous encore le souvenir «amer» d’une frisée ou d’une scarole achetée un jour chez votre marchand de légumes I… Oubliez donc vite tout cela en dégustant plutôt les produits frais que vous aurez cultivés dans votre pota­ger. Ils ne seront jamais amers. Le secret ? Un simple blanchiment, qui n’est pas toujours suffisant dans les cul­tures maraîchères, ou qui perd toutes ses vertus pendant le transport. Or, les frisées et les scaroles sont des légumes déli­cieux à condition d’être correctement cultivées, ce qui ne présente pas de diffi­cultés car elles demandent peu de soins.

Ces salades appartiennent à la famille des chicorées. Les frisées se sèment à la fin de l’hiver sur couche pour être récol­tée au début de l’été. Elles se sèment aussi plus fréquem­ment, au milieu du printemps pour être récoltée dans la deuxième moitié de l’été. Les scaroles, aux feuilles arrondies plus rustiques, tolèrent les faibles gelées et se sèment au milieu du printemps pour être récoltée à la fin de l’automne et au début de l’hiver. L’une comme l’autre peuvent être cultivées sous châssis ou sous cloche pour une récolte prolongée.

calendrier lunaire scaroles

Le sol idéal doit être léger et bien drainé. De tous les légumes, ce sont les chicorées qui apprécient le mieux les sols riches en humus. Vous pourrez également les faire pousser sur un sol plus lourd, si vous voulez bien vous en donner la peine. Choisissez de préférence une parcelle qui a été fumée pour une culture précédente, exposée au nord ou à l’est, dans un endroit abrité, à mi-ombre. Au printemps, incorporez à la terre quel­ques poignées de tourbe ou d’humus, puis un engrais bio une semaine environ avant les semis.

La suite…

Pour faire vos semis en terre non arrosable, creusez des sillons en forme de V de 1,5 cm de profondeur, à 40 cm les uns des autres. Semez très clair. Vous aurez peut-être intérêt à faire des semis suc­cessifs (tous les quinze jours, par exem­ple), à partir du milieu du printemps, de façon à avoir une production continue qui s’échelonnera sur une période plus longue. La chicorée réussissant particu­lièrement bien dans une terre ferme, tas­sez les sillons au pied ou bien avec le dos d’un fer de bêche juste après les semis. La germination est rapide ; elle a lieu en moins de trois jours ; si elle tarde, il sera plus prudent de refaire un semis car les salades que vous allez avoir auront ten­dance à monter en graine.

Une fois que les plantules sont suffi­samment développées pour être manipu­lées à la main, éclaircissez-les tous les 30 cm. Les premières plantules pourront être repiquées sans aucun problème, si vous les arrosez suffisamment. Mais n’attendez pas qu’elles deviennent trop grandes, car elles risqueraient de ne pas reprendre.

La chicorée fait partie de ces plantes qui montent facilement en graine, sur­ tout par temps chaud et sec. Et lorsque les racines se dessèchent, les feuilles ont tendance à durcir rapidement. Arrosez donc abondamment vos plantations, ou bien si le sol est léger, mettez un paillis de tourbe ou de compost de jardin par temps chaud pour conserver l’humidité du sol.

Lorsque les plants de scaroles et frisées sont arrivés à mi-chemin de leur croissance, c’est-à-dire normalement entre la sixième et la hui­tième semaine après les semis, arrosez- les avec une faible solution d’engrais bio (par exemple : purin d’ortie) ou de fumier liquide tous les sept à dix jours environ.

 

Blanchiment et récolte des scaroles et frisées

Vient ensuite le blanchiment, qui est le point essentiel de la culture de la chico­rée. L’opération commence dès la fin de la croissance des plants, c’est-à-dire lorsqu’ils ont atteint 30 cm environ de diamètre. Avant toute chose, veillez à ce que les feuilles des scaroles et frisées soient complètement sèches, sinon elles risquent de pourrir rapidement. Au besoin, placez-les sous cloche quelques jours avant le blanchi­ment. Cette protection sous cloche sera utile aussi pour les semis tardifs et plus particulièrement pour les variétés frisées qui gèleraient en plein air.

Si vous voulez faire blanchir seulement le cœur et les feuilles centrales des scaroles, posez simplement une assiette ou une sou­coupe sur chaque pied de salade et lais­sez celle-ci en place pendant une semaine au maximum. Cette méthode réussit très bien pour les variétés frisées plates. Par contre, pour les scaroles d’hiver, le blanchiment ne réussira que si les sala­des sont maintenues dans l’obscurité une dizaine de jours ; dans ce cas, le meil­leur moyen de faire blanchir les feuilles intérieures de la salade est de relever les feuilles extérieures et de les attacher à leur sommet à l’aide d’un brin de raphia ou d’un élastique, de manière à ce que la lumière ne pénètre pas au centre de la salade.

Mais si vous voulez faire blanchir la salade toute entière, il faudra couvrir complètement le pied avec un pot en terre cuite. Une autre solution consiste à mettre les plants sous une cloche que vous recouvrez de plastique noir. N’hési­tez pas à jeter un coup d’œil au bout du dixième jour. Vous pourrez toujours remettre la protection en place de toute façon si les salades ne sont pas prêtes. Mais une fois le blanchiment terminé, ne laissez pas les salades trop longtemps en terre, car le cœur risquerait de pourrir.

La suite…

Pour la récolte, choisissez un jour sans pluie et munissez-vous d’un couteau bien aiguisé. Coupez les pieds de salade au ras des feuilles du dessous en faisant atten­tion à ne pas endommager les pieds voisins.

Il est possible aussi de faire blanchir la scarole après la récolte seulement, au cas où le temps tournerait brusquement au froid. Pour cela, ne coupez pas les pieds de salade, mais soulevez-les en motte et replantez-les dans des bacs de terre, à l’abri de la lumière. Peu importe qu’ils soient à l’étroit ou non. L’inconvénient est que toutes vos salades vont se trou­ver prêtes à récolter en même temps. En cas de surplus, vous pourrez toujours en donner à des amis ou à des voisins. La chicorée ne se conserve pas et elle ne sera vraiment craquante et savou­reuse que si elle est consommée tout de suite après avoir été cueillie. Mangez-la crue en salade, ou bien braisée pour changer un peu des légumes habituels

Comme tous les légumes à feuilles, la chicorée est la proie favorite des limaces. Surveillez donc attentivement vos plan­tations et consulté si nécessaire mon article sur « comment lutter bio contre la limace ». Par contre, elle est relativement résistante aux maladies. La seule maladie qui puisse se manifester, c’est le mildiou. Soyez donc vigilant là encore.

Envie de semences bio ?
Cliquez sur l’image :

Bon jardinage et bonne récolte !

Je vous remercie d’avoir consulté mon article sur les scaroles et les frisées.
N’hésitez pas à le partager et à me laisser des conseils ou des anecdotes en commentaire en bas de page.

Un autre article sur la laitue ?

Et que pensez-vous de çà ! :

error: Alert: Contenu protégé !!