Sélectionner une page

Les serres permettent de contrôler et de maîtriser certains paramètres, comme la lumière, la température et l’humidité.
Vous pouvez y protéger vos boutures et plantes fragiles du gel, et ainsi y faire pousser certains végétaux hors saison.
En comprenant la base du fonctionnement des serres, vous pourrez prendre le contrôle et vous assurer une récolte exceptionnelle.

calendrier lunaire serres de jardin

Intensité lumineuse

La lumière naturelle comprend toutes les longueurs d’onde nécessaires à la crois­sance des plantes.
L’intensité lumineuse varie considérablement au long de l’année. Ainsi, les jardiniers doivent souvent com­penser un manque à l’aide de lumière électrique.
La qualité de cette lumière doit être adaptée aux besoins des plantes : l’éclairage doit être bien dosé en durée et en intensité.
Ainsi, en hiver, la lumière naturelle est souvent insuffisante pour certaines plantes.
À l’inverse, la lumière estivale peut poser d’autres problèmes, surtout si les températures sont élevées.

Pour assurer une croissance équilibrée, il faut aménager et organiser vos serres en fonction des besoins de vos plantes.
En règle générale, l’arête centrale de la serre (si vous optez pour un modèle traditionnel) doit toujours être positionnée d’Est en Ouest.

 

Mesurer l’intensité lumineuse de vos serres

Les mesures doivent être réalisées à l’intérieur de la serre et comparées à celles prises à l’extérieur.
La différence entre les deux vous indiquera le pourcentage de lumière disponible qui pénètre alors dans la serre.
Si vous ne disposez pas d’outil de mesure professionnel, vous pouvez utiliser le capteur automatique d’un appareil ou d’une cellule photo.
Vous n’obtiendrez pas la mesure à proprement parler, mais cela vous donnera une idée de la quantité de lumière qui filtre à l’intérieur.

 

Lumière additionnelle

Vous pouvez utiliser des lampes en complé­ment de la lumière naturelle, notamment en hiver.
Les ampoules doivent impérativement reproduire le spectre complet de la lumière pour offrir la même qualité de lumière que le soleil ; on les appelle lampes de croissance.
Presque toutes les ampoules destinées à l’éclairage de la maison diffusent un spectre lumineux incomplet qui ne suffit pas à nourrir les plantes.
Par contre, les lampes de croissance ont tendance à consommer beaucoup d’électricité ; il peut donc s’avérer plus économique d’en utiliser seulement pour une partie de la serre, en les suspendant au-dessus d’une plante qui en a particuliè­rement besoin.
On peut trouver des lampes de croissance sous forme d’ampoules ou de bandes lumineuses en LED, parfois équipées d’une unité d’alimentation spéciale.

 

Pare-soleil

C’est un bon moyen de contrôler la température et la lumière.
On les place généralement pour réduire les températures estivales excessives ou pour protéger les jeunes plantes et les végé­taux qui aiment l’ombre d’un soleil trop intense.
Il peut s’agir de filets, de stores ou de peinture biologique d’ombrage.

 

Température

La majorité des plantes ont besoin d’une température nocturne inférieure d’environ 4 à 6 °C à celle du jour.
De nombreuses espèces peuvent tolérer des températures très variables, mais, pour la plupart, la température idéale se situe entre 16 et 24 °C.
Toutes les plantes ont un seuil minimum et maximum qu’il faut respecter.

Vous pouvez prendre la tempéra­ture à l’intérieur de la serre à l’aide d’un thermomètre à minimum et maximum.
Comparez les mesures à celles que vous prendrez dehors.
Notez toutefois que la température externe n’est pas la seule à influencer celle de la serre.
L’effet du soleil, même un jour froid, peut faire monter la température de l’intérieur bien plus haut que celle de l’extérieur.
Le vent est également un facteur à prendre en compte car il peut refroidir l’air, rafraîchis­sant rapidement les parois de la serre.

 

Systèmes de chauffage

On trouve principalement des chauffages à pétrole et des chauffages électriques.
Ils chauffent l’air directement.
On les utilise surtout pour un usage ponctuel : dans les serres froides par exemple, ou dans les tunnels utilisés pour les cultures précoces.
Certains jardiniers relient des conduites d’eau chaude à leur système de chauffage domestique pour chauffer leur serre.
Cependant, l’eau chaude circulera en fonction des besoins de la maison et non des plantes.

 

Isolation des serres

Il est possible d’isoler une serre en couvrant la structure.
L’air sera emprisonné entre les parois et le matériau couvrant.
Le papier bulle est très utilisé car il est facile à positionner et il laisse passer la lumière.
Malgré tout, ce type d’isolation réduira toujours la quantité de lumière.
En contrepartie, il diminuera considérablement les frais de chauffage.
Assurez-vous d’installer votre serre à l’abri du vent pour réduire encore la facture.

 

Humidité

La plupart des plantes ont besoin de 40 à 60 % d’humidité.
Lorsque des végétaux poussent groupés, ils ont tendance à développer leur propre microclimat ; l’humidité y est plus importante que dans les environs.
Les besoins en humidité d’une plante dépendent essentiellement de son climat d’origine.
Les végétaux tropicaux ont souvent besoin d’au moins 85 % d’humidité, tandis que les cactus n’ont besoin que de 15 %. L’humidité dépend de nombreux facteurs, dont la température.
L’air chaud peut absorber bien plus d’humidité que l’air froid.

Les besoins en humidité augmen­tent durant les mois les plus chauds, quand il est difficile de garder la fraî­cheur dans les structures protectrices.
En augmentant l’humidité, on ralentit le processus de transpiration des feuilles.

Pour ce faire, on peut arroser les surfaces rigides, les allées, etc… les jours les plus chauds et secs.
Si vous n’avez que des jeunes pousses, qui ont des besoins élevés en humidité, mieux vaut les couvrir avec un film plastique transparent.

 

Aération des serres

Toutes les plantes ont besoin d’air frais en permanence pour s’épanouir.
À l’extérieur, le vent assure cette fonction, mais, dans une serre, il faut s’équiper.

Les ouvrants permettent de contrôler la température et la circulation de l’air.
Les ouvrants de toit, pour être efficaces, doivent couvrir l’équivalent de 15 % de la surface au sol.
Ils sont généralement intégrés à la structure, s’ouvrent comme des fenêtres et sont retenus à l’angle souhaité par un cran de sécurité.
Pour ce qui est de l’aménagement des serres en général, de nombreux modèles existent, la plupart étant de simples variations autour d’un même thème.
On verra parfois des ouvrants latéraux par exemple. Ceux-ci sont installés en continu le long de la struc­ture et s’ouvrent à l’aide d’un petit levier. On les appelle ouvrants de type Louvre.

 

Contrôler les conditions

Le microclimat d’une serre est très différent de celui d’un jardin : l’intensité lumineuse est inférieure, la température plus élevée et il y a moins de mouvements d’air.

La manière dont vous interviendrez sur cet environnement dépendra directement de ce que vous cultivez.
Les salades d’hiver ont besoin de chaleur, particulièrement durant les froides nuits d’hiver.
Les plantes vivaces encore tendres n’en auront pas besoin, à moins que le froid soit extrême.
Ainsi, vous devez connaître les effets d’une nuit glaciale sur l’environnement de votre serre.
Le seul moyen pour cela est de mesurer régulièrement tous les paramètres.
De nombreux dispositifs permettent de contrôler les conditions des structures fermées, notam­ment des thermostats pour le chauffage et la ventilation électriques.
Un large éventail de systèmes d’humidification, d’ombrage et d’arrosage automatiques sont égale­ment disponibles pour les petites serres.

 

Règles d’hygiène

Une bonne hygiène est importante pour la santé de vos plantes.
En effet, les feuilles mortes et les débris qui s’accumulent au sol attirent les parasites et les maladies si on ne les retire pas rapidement.
Nettoyez toutes les surfaces une fois par an, y compris les vitres et les barres de vitrage, avec de l’eau chaude savonneuse.
Cet entretien portera ses fruits tout au long de l’année en réduisant ainsi le nombre de parasites et de maladies récurrents.

 

Et voilà, un petit tour d’horizon sur les serres au jardin potager bio.
En conclusion, si vous pouvez installer une serre ou même plusieurs serres dans votre jardin, je vous conseillerai de le faire.
En effet, celles-ci peuvent vous rendre de grands services.
Vous pourrez ainsi démarrer la saison plus tôt au printemps.
Vos légumes pourront murir plus longtemps à l’automne…
Alors, qu’attendez-vous ?

Cet article vous a donné des idées, ou vous savez qui pourrait être intéressé…
alors likez et partagez sur les réseaux sociaux…

Des idées ou des conseils supplémentaires… alors, laissez moi un commentaire en bas de page…
je vous répondrai avec plaisir !

Votre sorcière bien-aimée du calendrier lunaire

Et que pensez-vous de çà ! :

error: Alert: Contenu protégé !!