Sélectionner une page

Votre sorcière bien-aimée du calendrier lunaire vous présente aujourd’hui un aromate facile à cultiver : le laurier

Cultivé en pot sur le rebord d’une fenêtre ou en pleine terre comme un arbre, le laurier demande peu de soins ;
ses feuilles fraîches aromatisent délicatement tous vos plats.

Les feuilles du laurier sont vert som­bre, vernissées et son odeur est légère­ment âcre.
A la fin du printemps, il donne de petites fleurs jaunes, bientôt remplacées, sur la plante femelle, par des baies foncées.

Il est très important de choisir pour l’arbre un endroit ensoleillé et protégé du vent en hiver et de laisser un espace d’environ 1,80 m autour de la plante.

Le laurier n’est pas exigeant quant à la nature du sol ; il a avant tout besoin d’être convenablement arrosé.
Si vous décidez de cultiver votre laurier en pleine terre, incorporez à celle-ci du compost ou de l’engrais quelques semaines avant de le planter, ce qui doit être fait au milieu du printemps.

calendrier lunaire laurier 2

La culture en pleine terre du laurier

Au moment de l’achat, choisissez si pos­sible un arbre de trois ans, de 1 mètre environ car le laurier pousse très lentement.
Il peut cependant atteindre dix-huit mètres dans de bonnes conditions !
Ses racines doivent être bien formées, ses feuilles foncées et brillantes.

Arrosez l’arbre dans son conteneur avant de le planter.
Creusez un trou assez profond pour recouvrir les racines et le tronc jusqu’à la marque laissée antérieurement par la terre.
Le trou doit aussi être assez large pour que les racines soient bien étendues.
Sortez le laurier de son conteneur et placez-le dans le trou que vous remplissez d’abord de limon, puis de compost ou de tourbe si le sol est lourd.
Tassez la terre au fur et à mesure du remplissage ; enfin, ratissez légèrement la surface.

Arrosez l’arbre de temps en temps au cours de ses premières années, surtout quand le temps est chaud.

Il vaut mieux sarcler à la main pour évi­ter d’endommager les racines.
Si vous devez tailler votre laurier, coupez les pousses extérieures à la mi-printemps.

Ne cueillez pas trop de feuilles sur un jeune arbre, évitez de prendre les feuilles nouvelles mais choisissez de préférence les plus foncées qui ont plus de goût.

 

La culture en conteneur ou en pot du laurier

Le laurier pousse très bien en conte­neur.
Beaucoup de jardiniers choisissent cette méthode.
Il devient ainsi une jolie plante d’ornement, sur un perron par exemple.
Le laurier peut être taillé en pyramide, en buisson ou en boule.
Faites appel à votre pépiniériste si vous avez choisi une de ces deux dernières formes.

Les lauriers sont généralement vendus en pot de 25 à 30 cm de diamètre quand ils mesurent environ 1,50 m; ils ont alors six ans.
Mais l’inconvénient de la culture en pot est que les racines ont peu d’espace pour s’étendre, ce qui limite donc la taille du laurier.
Toutefois, ces plantes n’en souffrent pas, même si les pots sont petits ; vous pouvez donc les y laisser pendant les six années qui suivent l’achat ou jusqu’à ce que les racines appa­raissent par l’orifice de drainage.

Rempo­tez alors dans un conteneur un peu plus large (environ 5 cm) que le précédent.
Arrosez la plante dans le vieux pot, rem­plissez le fond du nouveau conteneur de tessons de faïence et mettez un bon terreau que vous tassez pour retenir l’humi­dité.
Arrosez-le convenablement au cours des semaines suivantes car le com­post ne doit jamais être sec.
Arrosez bien le laurier quand le temps est sec, mais jamais en période de gelées.

Les lauriers en pot se développent par­faitement à l’extérieur, mais vous pou­vez également les garder en serre fraîche.
Un laurier bien développé peut res­ter dehors si l’hiver est doux, mais il faut absolument le rentrer dans un endroit non chauffé ou le protéger en cas de gelées.

Au début du printemps, surfacez avec du compost sur 2,5 cm de profondeur.
En été, appliquez de l’engrais liquide.
Au mois de juin, élaguez légèrement l’arbre en coupant les pousses isolées.

Le principal prédateur du laurier

La cochenille menace souvent les lau­riers en pot, surtout s’ils manquent d’eau.
Examinez la surface inférieure des feuilles, les tiges et le tronc de l’arbre ; ces insectes ont l’apparence de petites taches brunes.
En cas d’épidémie, pulvérisez du purin d’orties ou sinon, une petite recette de votre sorcière bien-aimée : diluez dans 1 litre d’eau, 1 cuillère à café de savon noir liquide avec 1 cuillère à café d’huile végétale et 1 cuillère à café d’alcool à 90°. Pulvérisez cette solution 1 fois par jour pendant 3 à 4 jours.
Attendez un peu avant de recommencer à cueillir des feuilles.

 

La culture à partir des boutures

Vous pouvez parfaitement faire pous­ser des lauriers à partir de boutures mais il vous faudra être patient car cela prend des années.
Cueillez vos boutures à la fin de l’automne : détachez de longues pous­ses latérales en même temps qu’un talon de l’écorce du rameau porteur.
Taillez puis plantez ces boutures dans un com­post sablonneux, sous verre, dans un endroit ombragé.

Douze à dix-huit mois plus tard, quand des racines se seront formées, plantez-les dans des conteneurs de 8,5 cm.
Gar­dez ces boutures sous verre ou en serre, protégées et arrosées jusqu’au prin­temps suivant, moment où vous les plan­terez en pleine terre.

Et que pensez-vous de çà ! :

error: Alert: Contenu protégé !!